Y’a d’la bestiole…

     A Hong Kong, on avait pris l’habitude des cafards… des trucs hallucinants, de quatre ou cinq centimètres de long… pas vraiment l’habitude, d’ailleurs. On connaissait. On fréquentait, même si on n’aimait pas vraiment.

     A Pékin, pas de bestioles particulières si ce n’est les chiens dans la résidence. De compagnie, les chiens.

     Ici, à Saigon, c’est parc zoologique grandeur nature… Les cafards bien sûr. Les mêmes qu’à Hong Kong. Qu’on voit un peu moins quand même… sans doute parce qu’ils peuvent entrer et sortir à leur gré de la maison. De temps en temps, un mal en point, couché sur le dos dans une des pièces. Surtout ne pas essayer de l’attraper. Peut-être pas mort : le cafard a cette capacité à faire semblant d’être mort quand pas très en forme. Et regain d’énergie s’il se sent menacé…

     Des cafards. Bien.

     Des lézards. On vous avait déjà montré. . De sacrément gros lézards…

     Plus sympathiques, des geckos… des tas de geckos collés aux vitres à la nuit tombée. C’estgecko le grand jeu des filles : les compter pendant les soupers… Sympathiques, les geckos, parce que des petites mains bien amusantes. Et aussi parce que le gecko mange les moustiques. Ce n’est pas là sa moindre qualité…

     Si le gecko mange les moustiques, c’est que moustiques il y a. Comme c’est la saison des pluies en ce moment, humide et chaude, moustiques en grand nombre il y a. Une vraie calamité. A notre retour de France, nous avons eu une petite semaine d’adaptation, où nous avons baissé un peu la garde. Dénombré 17 piqûres sur Alice. En l’espace de quelques jours… Jamais agréable, la piqûre de moustique… et, toujours, même si Saigon est un peu urbanisée pour ça, la suspicion de palu… et là, pas drôle du tout… Alors le “petit monsieur du jardin” comme l’appelle Louise, le jardinier, pulvérise et re-pulvérise. Ce qui ne change évidemment rien à rien.

     Moustiques…

     Dans la catégories insectes, il y a aussi, depuis quelques temps, une invasion de toutes petites araignées sauteuses. Sans rire. On en trouve partout dans la maison. Quatre ou cinq par jour. De toutes petites araignées, toutes noires, qui ont la particularité de se déplacer en sautant… jamais vu ça avant. Mais sans doute pas bien grave.

     Autre joyeuseté, les rats. Là, j’avoue que Saigon nous étonne… Des rats partout… On en voit souvent (Véro, ça devrait te rappeler des souvenirs) au fond ou au bord des petites échoppes ouvertes sur la rue. Des rats énormes. Gros comme des chats. Et pas seulement comme de petits chats. Là où le rat local est étonnant, c’est que, non content de se balader aux abords des poubelles et sur les murets, il se déplace aussi sur… les lignes électriques ! Très souvent, à la nuit tombée, assise à mon bureau, je vois défiler des troupes de rats monstrueux sur la ligne électrique d’en face… A ceux qui se poseraient la question de savoir comment un rat peut arriver à monter le long d’un poteau électrique tout lisse, il faut garder en mémoire que les poteaux électriques, en Asie, ressemblent souvent à ça :

 poteau électrique

     Dans la même famille (les experts me détromperont au cas où pas la même famille), des chauve-souris. Par dizaine. Tous les soirs. Nous, on est plutôt contents : on aime bien les chauve-souris. Et pas seulement parce qu’elles mangent les insectes.

     Plus surprenant, mais aussi plus bucolique : des poules. Des poules et des coqs, bien sûr.Dans les rues. Qui traversent en général sans regarder. Qu’on essaie d’éviter avec nos petits vélos. Et notre joli scooter. Mais je vous parlerai une autre fois de notre joli scooter… 

     Cela dit, c’est bien, les poules, parce qu’il paraît que ça mange les serpents… et que serpents il y a… On n’en a jamais vu. Et c’est tant mieux. Mais il paraît que c’est un grand classique : trouver un serpent dans sa piscine. Des couleuvres en général. Ce qui est plutôt rassurant. Pas forcément agréable mais plus rassurant.

     Vous voyez : on a plein de nouveaux copains, dans notre nouvelle vie à nous à Saigon…

Publicités

2 réponses à “Y’a d’la bestiole…

  1. Quelle ménagerie! Alors pour celle qui aime les livres une petite pépite lue cet été:
    Firmin, autobiographie d’un grignoteur de livres de Sam Savage. Tu pourras chercher dans tous tes rats celui qui sait lire…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s