Plus la peine de m’excuser, hein ?

     Je crois qu’il n’est plus nécessaire que je m’excuse à chaque fois que le silence s’installe sur le blog… La chose est assez claire : ce blog est à l’abandon.

     Une fois qu’on l’a dit, c’est plus facile.

     N’empêche que, abandon ou pas, il y a un truc auquel vous n’échapperez jamais, ce sont les photos des anniversaires… Celui de Louise, c’est fait… Petite Louise a eu 6 ans et c’est assez stupéfiant…

     Plus stupéfiant encore : Alice Meimei a eu 4 ans. Sans rire ! Ce tout petit truc fripé et plumé…

DSC_0157

… est devenu presque une pré-ado…

P3010993

(je dramatise un peu, hein ? là, c’est le déguisement de Carnaval)

     Et Alice Meimei a eu 4 ans…

     Je ne vous apprends rien… chez nous, les anniversaires, c’est toujours en plusieurs rounds… Deux pour Alice Meimei qui a eu la chance de voir son anniversaire “tomber” un samedi : la fête avec les amis a donc eu lieu le jour-même..

     Premier round : l’anniversaire du matin. Une tradition… des bougies et les cadeaux des parents et grand-parents…

DSC_0001

  DSC_0004

   DSC_0019

On a ensuite préparer tout ce qu’il y avait à préparer… la salle, les finitions du gâteau…

DSC_0022

 

DSC_0025

(fait par Mlle)

 

   DSC_0028

… et puis Alice Meimei a changé de tenue pour mettre, sans tarder, la robe offerte par sa nounou…

DSC_0039

… et attendre les copains…

     Les copains sont venus, les parents aussi (heureusement… z’ont pu se charger des “stands-activités” prévus pour l’occasion)… Au programme : un saladier à remplir d’eau à l’aide de verres percés, des imitations d’animaux à réussir, un monstre à nourrir en crachant de petites tomates dans sa bouche, un memory à jouer contre monsieur papa et des chansons à compléter… Le tout par équipes… on a une chance folle : tout le monde a gagné !

DSC_0074   DSC_0078

DSC_0086   DSC_0084

DSC_0081  DSC_0097

     Du coup, on a pu distribuer les petits cadeaux (des médailles, bien sûr ! et aussi quelques bonbons parce que rien ne se fait jamais sans bonbons)… et passer aux bougies à souffler, LE grand moment…

 

DSC_0112

     Anniversaire fini à plus de 22h00, avec un couple de copains-retardataires…

     Ca y est… Alice meimei attaque sa cinquième année…

DSC_0042

… une année de plus dans sa nouvelle vie à elle à Saigon…

Publicités

Ben voilà…

     Ben voilà… un an de plus pour Petite Louise qui n’est plus si petite que ça…

     6 ans…

     Il y a un peu plus de 6 ans maintenant, Petite Louise, elle ressemblait à ça :

CIMG0095

… et on la trouvait très belle…

     Aujourd’hui, Petite Louise, elle ressemble à ça :

DSC_0202

… et on la trouve encore plus belle…

     Petite Louise vient d’avoir six ans… et les grands-parents me rappellent à mes obligations… même pas une photo de la fête d’anniversaire sur ce blog qui, décidément, est bien à l’abandon…

     Ils ont raison, les grands-parents… Honte à moi…

     Des photos donc, en vrac, d’une belle fête d’anniversaire que Petite Louise avait voulu placée sous le signe de “Fort Boyard” qu’elle a découvert en centre aéré cet été… Fort Boyard donc… d’où les toiles d’araignées aux murs…

DSC_0287

On commence par le gâteau… les bougies…

DSC_0275  DSC_0310

… le moment préféré d’Alice Meimei…

DSC_0302

Ouverture des cadeaux… Le moment préféré de Petite Louise ? pas si sûr… c’est ce qui suit qu’elle préfère, Petite Louise…   

DSC_0357

… ce qui suit : le lancement du jeu de “Fort Louisard”… On commence par expliquer le principe… quatre équipes… cinq épreuves pour chacune des équipes… Pour cinq épreuves gagnées, l’équipe remporte une clé, une “vraie”, qui ouvre un “vrai” coffre… mais, avant le coffre, il faut demander au Père Fouras de l’amener, le coffre… et répondre à ses énigmes pour qu’il veuille bien le donner… Tout le monde est bien concentré… tout le monde a bien compris…

DSC_0370

C’est parti pour les épreuves !

Avec Elise, c’est l’épreuve “intellectuelle”… on tire au sort trois lettres, des consonnes, et on doit trouver trois mots qui débutent par cette lettre…

   DSC_0383   DSC_0403

Avec Gwendal, c’est l’épreuve d’adresse… il faut attraper la clé avant que le maître de cérémonie ait eu le temps de la tirer à lui…

DSC_0384   DSC_0385

Barbara, la chanceuse (!), a eu droit à l’épreuve dégoutante… trouver un oeuf caché dans un plat horriblement dégoutant… de la cervelle (de l’avoine), du vomi (des spaghettis mêlés à de la teinture jaune) et de la morve (de la purée mousseline teintée de vert)…

DSC_0395  DSC_0411

A David, LE maître de l’année dernière, l’épreuve qui demande réflexion et anticipation : des mikados que l’on ramasse, chacun son tour, par un, deux ou trois. Celui qui ramasse le dernier a perdu…

 DSC_0399   DSC_0408

Jean-Paul s’est fait prestidigitateur (ou presque). Trois verres, un petit cochon caché sous un verre, des mains de maître pour mélanger le tout… et un petit cochon à retrouver…

DSC_0393  DSC_0417

      Incroyable ! Toutes les équipes ont réussi toutes les épreuves !

     Du coup, on a pu appeler, tous ensemble, le Père Fouras…

DSC_0431   DSC_0438

… qui avait deux énigmes à proposer aux enfants. Facilement résolues. Et trois pour les parents. Plus laborieusement résolues. Mais résolues…

     On a pu ouvrir le coffre et découvrir le trésor !

DSC_0443

DSC_0446   DSC_0448

     Une belle journée pour tous…

     Une année nouvelle qui s’ouvre à Petite Louise qui n’est plus si petite que ça…

     Et une “faute” réparée auprès des grands-parents…

     Elle n’est pas belle, notre nouvelle vie à nous à Saigon ?

Trois ans déjà…

     Alice, il y a trois ans…

DSC_0157

… et Alice aujourd’hui…

DSC_0019

(vous comprendrez qu’on l’appelle parfois “gros-n’oeil”…)

     Trois ans tout juste qu’Alice Meimei…

     Alors on a fêté ça en famille…

     Une première fois au petit-déjeuner, avec la bougie des céréales…

DSC_0002

… et une deuxième fois ce soir… pizza, gros gâteau, et cadeaux à gogo…

DSC_0024

DSC_0032

   DSC_0046  DSC_0049

Pour les rollers, il va falloir qu’on travaille un peu la question de l’équilibre… mais l’envie est là…

DSC_0053   DSC_0055

DSC_0068   DSC_0072  DSC_0073

     Entre les deux, il y a eu la célébration d’anniversaire à l’école, à la mode Montessori, où Mademoiselle a pu faire trois tours, symbolisant ses trois années de vie, autour d’une bougie-soleil. Au début de la célébration, Alice et ses copains-copines ont pu voir une photo de Mademoiselle âgée de un jour. A l’issue du premier tour, une photo de Mademoiselle âgée de un an. A l’issue du deuxième tour, de deux ans et de trois à l’issue du troisième tour. Alice aurait dû tenir entre ses mains un petit globe terrestre. Mais non. Parce que “ça fait vraiment trop peur”..

… Reste maintenant à fêter ça avec les copains-copines de notre nouvelle vie à nous à Saigon…

Le jour où je découvre tout ensemble Black Mirror (la série) et l’acrasie

     Imaginez, comme dirait le poète, qu’un de ces choix un de ces quatre jours vous échoit…

Vous êtes Premier Ministre dans un système monarchique à l’anglaise. La princesse, petite fiancée du pays, est enlevée. Seule solution pour la sauver : se soumettre à l’exigence des ravisseurs, à savoir, sodomiser un porc en direct à la télévision en plein après-midi. Un vrai porc, j’entends, quatre pattes, un groin, des grognements… ou une truie, ne soyons pas bégueule.

     Se livrer à un acte qui répugne, s’humilier publiquement par la même occasion, et (peut-être) sauver une princesse et une carrière politique… ou refuser, condamner la princesse et la carrière politique (qui voudrait d’un homme politique qui refuse de donner de soi pour le bien de la nation ?) ?

     Pas simple, hein ?

     Voilà le point de départ du premier épisode de Black Mirror, la série britannique créée par Charlie Brooker, qui va peut-être bien devenir ma série préférée du moment…  Premier épisode ce matin, donc. Et pas mal de plaisir. Il y a des défauts sans doute, notamment un ton un peu trop explicatif et moralisateur parfois, mais le coup de théâtre final, le plongeon de la fiction la plus invraisemblable à un univers proche de notre quotidien, désespéré de désespérance et saturé de voyeurisme, c’est quand même un grand moment…

     De fil en aiguille… La série me plaît, je vais jeter un oeil sur Internet, essayer de savoir qui, quoi… et je tombe sur le mot “acrasie”. Je ne connais pas le mot “acrasie”. Alors je vais chercher le mot “acrasie”. Le Petit Robert n’en dit rien mais Wikipédia, heureusement, est plus bavard… Il dit que c’est “le fait d’agir à l’encontre de son meilleur jugement”. Un peu du côté de la faiblesse de volonté (je sais que le meilleur, pour moi, est d’éviter ce troisième verre de vin au moment où je rédige ce billet, je décide de ne pas boire ce troisième verre de vin et, finalement, je bois ce troisième verre de vin) ou, pour le dire plus positivement, du côté de la victoire du plaisir sur la raison ou le jugement. Avec le paradoxe qui va avec : si je bois ce troisième verre de vin parce qu’il me fait envie que je privilégie le plaisir, je vais me réveiller avec une drôle de migraine et un peu trop de poids sur la balance (on y revient toujours !)… d’où, l’acrasie, ce serait choisir le désagréable, le déplaisir (la gueule de bois et les kilos en trop) parce qu’on a été vaincu par le plaisir ou l’agréable.

      Aller voir du côté de l’infidélité et de tout ce que cela entraîne à gérer pour un moment de plaisir… Aller voir du côté de celui qui ne nous veut pas que du bien pour le plaisir de quelques mots caresses et mots doux… Céder à l’envie de rester au lit et manquer la séance de sport avant de culpabiliser une journée durant… Reculer sans cesse le moment de prendre rendez-vous chez le dentiste… Repousser le moment de se mettre au boulot et passer la nuit à travailler pour rattraper le retard…

     J’aime bien les paradoxes. J’aime bien, cette notion d’acrasie.

     Sans compter que c’est un peu l’histoire de mon histoire…

     On en apprend, des trucs, dans notre nouvelle vie à nous…

Halloweeennnnn !!!!

     Vous avez déjà eu droit aux costumes pour la célébration de Halloween à l’école… vous avez maintenant droit à la célébration du “vrai” Halloween, à la fête que l’on a organisée à la maison le soir du 31…

     Cette année comme l’année dernière, on a passé pas mal de temps à décorer la maison… des trucs achetés en Chine, des trucs achetés sur place et pas mal de choses fabriquées à la dernière minute, avec du papier, des sacs poubelle, des planches de polystyrène récupérées dans des emballages…un peu de bric-et-de-broc… mais tellement plus pleins de sens que tout ce que j’avais pu acheter…

maison

     On a évidemment repris les costumes cousus pour l’école. Auxquels on a ajouté un peu de maquillage et de sang qui fait peur… ça a donné deux “mariées mortes” bien effrayantes…

PA310393    PA310402

PA310421

     Vous vous doutez bien… je ne voulais pas être en reste…

PA310429

     Et puis est venue l’heure d’accueillir les copains-copines. Parce que cette année, la fête d’Halloween a aussi été l’occasion de faire une petite fête à la maison. Une quarantaine de personnes, la moitié au-dessous de 10 ans… On a commencé par arpenter les rues du compound PA310503à la recherche de sucreries et de frissons. On n’a pas été déçus. Ni pour les sucreries (on a de quoi tenir jusqu’à l’année prochaine à peu près), ni pour les frissons… On peut dire ce qu’on voudra : les anglophones ont vraiment le sens d’Halloween. Il s’agit vraiment de faire peur… et nos voisins ont rivalisé d’inventivité… Il y a eu les bonbons à aller chercher, avec les mains, dans trois bacs “monstrueux” : l’un rempli de “sang” glacé (sans doute du sirop à la fraise), l’autre de spaghettis froids (c’est idiot, dit comme ça… mais le contact du spaghetti froid, de nuit et dans l’ambiance.. pas mal du tout) et le dernier de barbe à papa… Il y a eu la grille derrière laquelle il fallait attendre le retour régulier du monstre qui apparaissait en hauteur, jetant aux enfants (et aux adultes… parce que pas sûre que ce soit les enfants qui s’amusent le plus dans ces trucs-là) bonbons et trombes d’eau… Il y a eu aussi les flambeaux qui donnent des ombres effrayantes aux monstres de fortune plantés le long des trottoirs… et puis il y a eu LA maison qui faisait “trop peur”… La même maison que celle qui faisait trop peur l’année dernière et qui va finir par devenir une institution… Grille fermée… Les enfants avaient le droit d’entrer, accompagnés de leurs parents bien sûr, dix par dix… Nuit sombre et un petit chemin pavé de bougies. Que l’on suit. On arrive au bord sur une petite “place” où un pirate muet nous fait signe de nous approcher de la piscine. Où flottent deux corps. Qui bondissent au moment où l’on s’approche. Hurlements des enfants. Les corps désormais animés rampent hors de l’eau et rampent encore à l’assaut des enfants, tentant de saisir des chevilles. Hurlements encore et tous les enfants se reculent. Pour cogner contre une table qui soudain se renverse, mue par un troisième zombie qui tente aussi de les attraper… et puis un autre, sortis de sous une couverture…  Alice, dans mes bras, hurlait qu’elle voulait rentrer à la maison quand Louise, perdue au milieu de la panique ambiante, pleurait “des vraies larmes” et répétait ensuite, à qui voulait l’entendre, qu’elle ne voulait plus jamais faire Halloween “de toute la vie”. Ca, c’était vendredi soir. Aujourd’hui dimanche, elle en est déjà à réfléchir à son prochain costume qui fait peur…

     Après toutes ces émotions, retour à la maison où l’on a fait “barbecue d’Halloween”… avec des enfants qui couraient de tous les côtés, y compris des enfants que l’on ne connaissait pas (mais dont on connaissait les copains qui, invités à la maison, ont demandé si on ne pourrait pas, s’il vous plaît ?… bien sûr qu’on pouvait !) et se gavaient de jus de fruit et de chips, des parents qui mangeaient des trucs à peine plus équilibrés (encore que ! grâce à notre copine V., on a pu faire soupe au potiron !) et buvaient d’autres trucs que des jus de fruit.

PA310440

     Au final, une belle soirée d’Halloween pour tout le monde, je crois. Pour nous en tout cas. A refaire l’année prochaine.

     C’était vendredi, on est dimanche… et l’on en est déjà à attendre avec impatience Noël, prochain grand temps fort de notre nouvelle vie à nous à Saigon…

Halloweeeeeeennnnnnnn…..

     Halloween, c’est le 31 octobre. Mais Halloween, ici, c’est un peu comme les anniversaires : on le fête toujours en plusieurs étapes…

     Aujourd’hui, c’est le “Halloween de l’école”… les robes sont prêtes, mes mains à peu près revenues à leur couleur initiale, et les poulettes toutes déguisées, prêtes à faire peur à leurs copines…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

     Et les jours à venir, c’est décoration de la maison de notre nouvelle vie à nous à Saigon…